Convention citoyenne
Inscription à la newsletter Convention citoyenne
Philippe San Marco sur
LES ARCHIVES JUSQU'A DECEMBRE 2010
Archives "agir pour Marseille"
Partager
   

Conseil municipal de novembre 2003 : Philippe Sanmarco
Avant-port: avec ou sans America,
notre opposition est totale

Monsieur le Maire, mes chers collègues, très rapidement, je voudrais développer quatre idées.

1-Tout d’abord, Monsieur le Maire, vous avez bien fait de réagir comme vous l’avez fait et de poser la candidature de Marseille avec une capacité et une rapidité dans la réaction qui vous honorent et qui honorent l’ensemble de vos collaborateurs et des fonctionnaires municipaux qui ont participé à ce qui est un beau défi. Vous avez bien fait de le faire et nous avons tous été à vos côtés à ce moment-là. Qu’aurions-nous dit si vous ne l’aviez pas fait, d’ailleurs ? C’est la vocation naturelle de Marseille que de recevoir la Coupe de l’America. Il était donc normal que vous hissiez haut le drapeau de notre ambition collective. C’est cela que signifient le soutien de nos concitoyens et le nôtre à cette candidature.

2-En même temps, dans la manière de procéder vous avez fait le choix du secret. Vous nous avez expliqué pourquoi. Nous pouvons comprendre vos raisons, mais on n’est pas obligé de les partager. Si vous aviez vraiment voulu que le consensus ne se limite pas au principe de la candidature mais concerne le contenu de vos propositions, vous pouviez parfaitement nous associer à l’élaboration de votre offre. À charge naturellement de respecter le secret lorsque celui-ci est nécessaire. Vous en avez décidé autrement, c’est votre droit. Mais ne vous étonnez pas d’entendre aujourd’hui des remarques, des critiques et des suggestions que nous aurions pu plus utilement exprimer plus tôt et dont vous auriez pu tirer avantage. Vous nous avez contraints à être jusqu’à maintenant des spectateurs, alors que nous devons bel et bien nous prononcer sur le fond, au risque d’affaiblir cette candidature. Ne nous reprochez donc pas d’agir en fonction d’une méthode que vous avez vous-même choisie.
C’est donc par voie de presse que nous avons naturellement suivi ce dossier. Et ce n’est qu’hier soir que nous avons découvert ce dossier, pour ses éléments essentiels, c’est-à-dire les annexes, et pour le rapport lui-même, il y a une huitaine de jours. Je dis cela, Monsieur le Maire, pour que vous compreniez comment nous réagissons aujourd’hui. Nous essayons de comprendre ce que vous faites et nous cheminons à vos côtés, aussi loin que nous pouvons, mais voilà les contraintes de travail qui sont les nôtres.

3- Or pendant que vous pratiquiez le secret, la presse nous informait dès le mois de juillet : "Coupe de l’America, l’entrée du Port métamorphosée", avec un plan qui finalement est celui que nous avons retrouvé hier soir. Et deuxième volet de votre démonstration depuis cet été : "l’extension du Vieux Port devra de toute façon se faire", Les Échos du 31 juillet. Donc, là, tout à coup, nous sommes informés par voie de presse qu’il se passe quelque chose dans l’avant-port et que, de toute façon, vous allez le faire, Coupe de l’America ou pas. Comprenez que nous soyons inquiets. Le secret, si bien gardé à l’égard des élus que nous sommes, mais dont on retrouvait des pans entiers dans les journaux, comprenez que nous ayons senti là une manœuvre pour nous forcer la main, en se servant du prétexte de l’America.
Mais pendant ce temps des questions se posaient. Ce n’est pas nous qui les posions : nous ne vous avons jamais gêné, à aucun moment de cette démarche, et je vous demande de nous en donner acte collectivement. Mais des questions vous ont été posées et nous en avons l’information par voie de presse.
Déjà, M. Colardel, le Directeur du futur Musée prévu sur le J4, déclare dans Marseille l’Hebdo du 23 juillet : "tout cela complique l’implantation éventuelle du Musée à Marseille". Ce sont des inquiétudes légitimes auxquelles on aurait aimé entendre vos réponses au moment opportun. Le Président de l’Ordre des Architectes parle, lui, carrément de "génocide urbain", s’interrogeant sur le fait que – je le cite – "cette réflexion sur l’avant-port menée en un mois et demi est à l’opposé de ce qui a été proposé par Yves LION et balaye le reste". Ce sont des questions que l’on aurait pu vous poser, vous auriez pu nous répondre ou échanger, nous aurions ensemble participé à l’élaboration de ce projet. Vous aviez préféré la démarche solitaire.
Et le Président de l’Ordre des Architectes continue en s’interrogeant sur le fait qu’une Ville – je le cite – "soit prête à tout et n’importe quoi pour avoir la Coupe".
Et il dit aussi : "sur le fond, je ne suis pas sûr que cela puisse rassurer les Suisses". Donc, des questions sont posées. Malheureusement, elles ne sont pas posées ici ; elles le sont dans la presse par des personnes dont le moins que l’on puisse dire est qu’elles portent une parole respectée.
Toujours dans la presse, il faut aller chercher dans La Tribune de Genève – vous voyez, je fais les efforts qu’il faut –, donc une presse pas suspecte de je ne sais quel règlement de comptes marseillo-marseillais, où l’on développe la thèse soulevée par certains, qui sont cités d’ailleurs, de la "côte d’azurisation en cours ?" – avec un point d’interrogation naturellement –, en disant qu’il peut y avoir des effets négatifs qu’entraînerait l’accueil de la Coupe de l’America, en particulier l’augmentation supplémentaire des prix de l’immobilier, etc. Donc, des questions se posent, Monsieur le Maire ; il est légitime que nous les posions, malheureusement nous n’avons pas pu le faire plus tôt.
Et, quand même, il ne s’agit pas que de gros sous, il s’agît d’un événement sportif. Il faut aller lire Voiles et Voiliers, car on pourrait s’interroger de ce que pensent ceux qui pratiquent cette compétition de haut niveau. Dans le dernier numéro sorti que lit-on d’intéressant ? On parle de beaucoup de choses, de tout ce qui nous a préoccupé jusqu’à présent. En revanche, je cite : "on n’entend pas beaucoup parler des candidats clairement affichés". C’est quand même intéressant. Et il y a tout un chapitre, dont je vous fais grâce, sur l’analyse nominative de qui est capable et qui va probablement relever ce défi. Et la conclusion de Voiles et Voiliers est la suivante, je vous la lis très rapidement : "L’un dans l’autre, on arrive donc à une dizaine de challengers, avec beaucoup de si et pas mal de peut-être, soit le même nombre que d’habitude".
Et là, j’en viens naturellement, Monsieur le Maire, au fait que bâtir votre projet, tel que nous le voyons depuis hier soir, sur une hypothèse de 17 candidats n’est pas réaliste. Et donc, les infrastructures que vous prévoyez sont loin d’être nécessaires, ce qui rend absolument inutile la construction d’un avant-port.
D’ailleurs, vous avez dû sentir la faiblesse de votre argumentation sur ce point essentiel et vous avez procédé – et c’est un "vous" de majesté : vous-même, vos adjoints et les fonctionnaires qui vous aident – à une marche arrière audacieuse. Cela a commencé par une déclaration de M. Vallette à France Bleu Provence, à 7h50 le 16 octobre. Le journaliste lui demande : "oui, mais quand même, il y a deux hectares gagnés sur la mer". Et M. Vallette répond : "Non, ce n’est pas la taille exacte, ce n’est pas précisé. Ce qui va se passer dans l’avant-port va simplement améliorer beaucoup de choses dans cette entrée du port". On apprécie l’humour et la qualité du virage.
Vous-même, Monsieur le Maire, déclarez plus clairement dans l’enceinte de la Communauté urbaine, excusez-moi de devoir à nouveau citer la presse mais vous ne nous avez pas laissé d’autre choix : "Esplanade du J4, digue à revoir, projet d’une digue pour former un avant-port" et on vous cite, Monsieur le Maire, vous déclarez que cela ne vous convient pas, vous venez d’ailleurs de le répéter. Et vous dites : "Ce n’est pas demain que l’on va la faire ! Que l’on se rassure, on ne portera pas atteinte à la carte postale !" On se dit : "Ah ! On est en train, là, de faire un slalom intéressant et qui nous rassure". Il ne s’agit pas de nous rassurer, nous personnellement, mais il y a des personnes qui s’expriment dans cette ville et elles sont respectables.
Nous sommes d’autant plus rassurés quand nous lisons – vous avez mis dans votre dossier beaucoup de lettres de sociétés nautiques qui vous encouragent, vous auriez pu mettre aussi celles qui ne vous encouragent pas – la lettre d’une association sportive, que j’ai là, dont le président vous écrit à propos de l’avant-port s’appuyant sur le Fort Saint-Jean et exprime sa grande inquiétude et son opposition. Cette lettre date du 9 octobre. Et vous lui répondez par une lettre du 16 octobre. Vous avez chargé votre directeur de cabinet de la rédiger et de la signer, mais c’est bien la réponse : "Monsieur le Maire m’a bien transmis la correspondance que vous lui avez envoyée", etc., et que dit votre directeur de cabinet dont nous savons la compétence et l’importance qu’il a auprès de vous ? Il dit : "J’avoue que je suis très surpris. Le document auquel vous faites allusion est une esquisse d’architecture destinée à visualiser une possibilité d’aménagement." Voilà qui nous plaît ! "Il ne représente en aucun cas le projet définitif." Je ne dénature pas vos propos ? Très bien !
M. Bertrand continue en disant : "D’ailleurs les articles de presse n’ont pas plus de fondement et sont, je n’en serais pas surpris, destinés à créer un mauvais climat visant à dissuader Ernesto Bertarelli." Et M. Bertrand continue en disant : "Par ailleurs…" – comme si c’était un ailleurs infranchissable – "…le Port Autonome, lui, d’après ce que j’apprends, va faire une concertation. Mais le Port Autonome n’a rien à voir avec la Ville de Marseille" ! Là, il ne faut pas de cela entre nous, quand même ! Je ne vois pas le Port Autonome s’aventurer dans cette affaire de Coupe de l’America sans votre accord et d’ailleurs, vous l’avez remercié tout à l’heure.
M. Bertrand conclut en disant : "Aucun projet définitif n’a été arrêté. La concertation qui a lieu en ce moment sous l’égide du Port autonome est sur l’esquisse d’architecture et ce n’est qu’après qu’un projet sera proposé." Donc, nous nous disons, on ne va pas les gêner, ils sont dans une négociation difficile et on sent que le Maire est embêté… Et nous vous faisons confiance car nous avons envie d’être rassurés ; dans ces cas-là, toute parole qui va dans ce sens, nous l’écoutons peut-être avec trop d’importance.
Patatras ! Le 18 octobre, toujours par voie de presse je lis : "Même sans Coupe de l’America, les aménagements de l’avant-port seront réalisés." Alors, là on se demande dans quels zigzags on est en train de nous mener.
Et permettez-moi enfin de citer Marseille l’Hebdo du 12 novembre, c’est-à-dire il y a quelques jours. Je cite parce que c’est difficile à comprendre, il doit y avoir des mots qui manquent ou alors la confusion est volontaire. M. Gondard déclare à propos de l’avant-port, : "La condition sine qua non est de réaliser la darse sous le Fort Saint Jean mais il ne dit pas qu’il faut la faire en même temps. Nous devons prendre l’engagement, sous une forme intangible, de la faire." Veuillez m’excuser, je ne comprends pas ce que cela veut dire.
Donc, pour le spectateur attentif que nous sommes, c’était d’abord mal parti, puis vous avez donné l’impression de corriger et puis notre inquiétude revient. Finalement, hier soir, on voit enfin le dossier est : il est comme d’ailleurs la presse nous l’avait annoncé dès le mois de juillet, avec cet avant-port que nous refusons.

4- Dans ces conditions, j’ai l’impression que certains vous ont tendu un piège parce que le fait d’être parti sur cette histoire d’avant-port condamne votre opération car même si vous la réalisiez vous ne seriez jamais à temps, alors que les régates vont commencer dans quelques mois. Non seulement ce projet est impossible à réaliser dans les délais, mais qu’il soit dit dans cette enceinte que nous participons de ceux qui sont totalement en désaccord avec la réalisation de cet avant-port, qui défigurerait un site historique, qualifié par M. Vallette "d’angle mort". Je vous demande quand même d’apprécier le qualificatif "d’angle mort" pour ce qui est l’entrée majestueuse du Port de Marseille !

(Réprobations de M. Vallette)

Monsieur Sanmarco.- Encore une fois la presse aurait dénaturé les propos de M. Valette ? Décidément c’est une habitude.
Notre opposition est donc totale devant ce projet qui va créer en outre une passe extrêmement dangereuse pour la plaisance. Un projet qui, s’il était réalisé, priverait définitivement le public d’un accès à la mer si important et dont il vient juste de s’emparer. Et un projet – je parle de la prolongation de la digue des Catalans – qui imposerait aux cars ferries un zigzag compliqué et dangereux par mistral. Car nous sommes là devant un des endroits les plus exposés au vent.

Voilà, Monsieur le Maire, nous ne sommes pas d’accord avec cet élément du dossier. Vous vous êtes exprimé – et je viens d’en faire la preuve – de manière difficile à comprendre, pour ne pas dire contradictoire. Si vous nous confirmez aujourd’hui que ce dossier est tel qu’il nous est présenté, avec la réalisation de l’avant-port, nous serions contraints de voter contre.
Compte tenu de vos déclarations, et nous respectons votre parole et nous ne demandons qu’à être rassurés, compte tenu de ces déclarations et compte tenu peut-être d’éléments de négociation qui nous échappent pour l’instant, nous nous abstiendrons provisoirement. Étant entendu, Monsieur le Maire, que ce n’est pas parce que l’on est politiquement majoritaire que l’on a juridiquement raison : cette affaire d’avant-port reste en l’état un sujet de contentieux, au plein sens du terme. Merci de votre attention.

   
Philippe San Marco (12/2010) :
La télésurveillance pour les couloirs de bus
Conseil des 1er et 7e arrondissements de Marseille (20/10/2010) :
Débat sur le centre-ville, intervention de Philippe Sanmarco
Conseil d’administration de Marseille Aménagement du 28 mai 2009, intervention de Philippe Sanmarco.
« N’étant pas schizophrène je ne présiderai pas une société qui ne traduit pas les engagements que j’ai pris devant les électeurs »
MPM - Conseil de communauté du 26/03/2009
Intervention de Renaud Muselier
Marseille Provence Métropole - Conseil de communauté du 19/02/2009
Renaud Muselier :
Les faux procès, les faux-semblants, les vrais enjeux.
CM de Marseille du 01/10/2007 - Philippe Sanmarco
Éradication de l'habitat indigne : faisons d'abord un diagnostic social.
Tracé du tramway : halte à la démagogie !
CM de Marseille du 13/06/2007 - Philippe Sanmarco
Vidéo-surveillance : à quand le bilan ?
« On continue parce que l'on a commencé et que ce que l'on a commencé ne sera efficace que si on continue. »
Plan climat : plus qu’une déclaration d'intention !
CM de Marseille du 05/02/2007 - Tahar Rahmani  : A propos du projet Plan Climat Municipal.
A LIRE OU A ECOUTER
Informations au CM de Marseille (13/11/2006).
Rapport d’observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes de Provence-Alpes-Côte d’Azur sur la gestion de la Commune de Marseille de la Régie – Années 1997 à 2005 :
L'augmentation de la dette est la conséquence d'une progression non maîtrisée des dépenses de fonctionnement et singulièrement, des dépenses de personnel.
Conseil d'arrondissements de Marseille du 9/11/2006 -  Claude Grillet
• Création de la ZAC Flammarion.
• Modifications PLU.
Conseil 1er arrondissements de Marseille du15 juin 2006, Claude Grillet :Zac Bourse
Conseil de la CUMPM du 13/02/2006 , Philippe Sanmarco : La RTM, otage du chaos automobile
Nouveaux messages sur le blog Martigues Citoyenne : Conseil municipal de Martigues du 28 février 2006.
Conseil du 1er arrondissements de Marseille du 29/09/2005, Claude Grillet : Un acharnement contre les Flots Bleus (suite).
CM de Simiane :
23/06/2005
CM de Simiane :
du 17 janvier 2005.
Conseil de la CUMPM du 17/12/2004 :
Sortir la Communauté urbaine de l’impasse.
CM de Simiane
du 25/07/2004.
Communauté urbaine Marseille Provence Métropole, Commission permanente de travail et d'études, aménagement de l’espace communautaire urbanisme, séance du 16/06/2004
DTA, la priorité n’est pas le tramway marseillo-marseillais, mais un vrai réseau métropolitain.
Conseil des 15e & 16e arrondissements du 11/12/2003, Roger Ruzé :
Combat pour le logement, pour la ville, pour la vie.
Conseil de secteur de 03/2003
Val Emeraude
CM de Marseille de 03/2003
Transport
CM de Marseille de 01/2003
Découpage du 13
CM de Marseille de 11/2002
Sécurité
CM de Marseille
de 10/2002 
La Convention citoyenne
Plateforme
Conseil d'administration
Statuts

Actions citoyennes

Débats citoyens
Liens citoyens
Revue de presse
Emissions radio

Contact

Mentions légales
S'inscrire à la gazette web
Archives jusqu'à 12/2010
La vie de la Convention
Elections municipales 2008
Elections régionales 2004
Elections européennes 2004
Elections législatives 2002
Agir pour Marseille
Débats en cours
Initiatives citoyennes
Développement territorial
Revue de presse
Débat sur la constitution européenne 2005