Convention citoyenne
Inscription à la newsletter Convention citoyenne
Philippe San Marco sur
LES ARCHIVES JUSQU'A DECEMBRE 2010
Archives "agir pour Marseille"
Partager
   

Conseil municipal de Marseille du 19 juin 2006, Philippe Sanmarco Tours Labourdette : il faut ouvrir une vraie concertation !

DIRECTION GÉNÉRALE DE L’URBANISME ET DE L’HABITAT — DIRECTION ÉTUDES ET AMÉNAGEMENT
Projet Centre-Ville - ZAC de la Bourse - 1er arrondissement - Quartier Belsunce - Déclaration de projet - Demande de Déclaration d’Utilité Publique.

Philippe Sanmarco : Monsieur le Maire, je m’interroge sur votre attitude dans ce dossier de la ZAC de la Bourse. Car souvent et de manière générale les Marseillais vous reconnaissent une qualité, celle de l’écoute. Et moi-même, je peux témoigner de votre capacité à corriger de temps en temps la politique que vous menez, à la marge certes, mais suffisamment pour que cela ait du sens dans le débat qui nous anime.

Or, dans cette affaire, vous continuez à n’écouter personne. Pour ma part j’ai fait de manière très circonstanciée, d’abord au Conseil Municipal du 10 février 2003, puis à celui du 6 octobre 2003, des remarques qui explicitent le plus complètement possible la position de la Convention Citoyenne, sur le fond et sur la forme. Je ne les reprends pas aujourd’hui compte tenu du temps de parole limité que vous nous octroyez mais nous en rappelons la pertinence. On voit aujourd’hui que cela n’a servi strictement à rien. Pire que cela, vous nous présentez ce rapport pour tenir compte des conclusions du commissaire enquêteur, ce qui est une obligation légale, sans tenir compte de ces conclusions ou plus exactement en ne tenant compte que de l’une d’entre elles sur trois.

En effet le commissaire enquêteur a validé l’utilité publique de votre projet sous réserve que vous le modifiiez sur 3 points, suffisamment essentiels pour qu’il les énonce clairement 

  • « Limiter la construction des plots à la même hauteur que celle des nappes » : chacun appréciera ce langage ésotérique… Mais au-delà de la forme d’expression, c’est un correctif important. Je note que vous décidez d’en tenir compte. C’est bien.
  • « Engagement par la collectivité d’organiser un concours de concepteur ou un appel à projets… ». Vous continuez de refuser cette injonction pourtant évidente. C’est inquiétant et grave.
  • « Définition suivie de la mise en place par la collectivité de modalités pour une concertation durable et suivie, notamment avec les habitants des tours… ». Là encore vous refusez de tenir compte de cette réserve du commissaire enquêteur, pourtant préalable à son acceptation.

Monsieur le Maire, vous allez ainsi au-devant de grandes difficultés : nous vous aurons prévenu. Je sais que vous avez l’habitude de dire que vous ne pouvez plus rien faire dans cette ville sans que quelqu’un ne vous fasse un mauvais procès. Or je vous avais répondu, dès le mois d’octobre 2003, que si la concertation était réelle, votre argument serait fondé, mais que ce n’était pas le cas. Je ne parle pas de l’information municipale : l’information c’est autre chose que la concertation et il est légitime que vous la fassiez. Vous nous citez à cet égard la réunion organisée au Centre Bourse. Mais justement il s’agissait d’une information très large, destinée à tous les Marseillais, en aucun cas d’une concertation, et singulièrement pas auprès des habitants des tours pourtant les seuls directement concernés et vers lesquels le commissaire enquêteur vous renvoie précisément. Et je signale d’ailleurs car ce n’est pas un détail, c’est même significatif de vos méthodes bien éprouvées, que c’était la seule opération présentée ce jour-là, au milieu d’autres comme pour noyer le poisson, pour laquelle il n’y avait pas de maquette permettant de visualiser le projet et donc de le comprendre. Il n’y a donc pas eu de réelle concertation. Pour qu’un commissaire enquêteur ait mis depuis dans ses trois seules recommandations une exigence particulière là-dessus, c’est quand même incroyable que justement vous n’en teniez pas compte.

Je regrette donc de vous voir vous avancer dans un dossier pour lequel vous allez au-devant de grandes difficultés et dont vous ne vous sortirez pas. Je souhaiterais qu’un jour, peut-être hors Conseil Municipal, dans une instance de débat peut-être plus apaisée, sans enjeu de pouvoir et que vous maîtriserez mieux, vous nous présentiez exactement ce vous proposez, parce que je suis persuadé que la plupart de nos collègues n’ont pas conscience du mur que vous projetez de reconstituer sur le front ouest du cours Belsunce et de l’incroyable ensablement qui serait réalisé au pied des tours, qui va d’ailleurs les défigurer complètement.

En fait je crains qu’on soit là en train de régler des comptes d’un autre âge. Certains d’entre vous restent opposés à la construction des tours, mais elles sont là, elles étaient là d’ailleurs quinze ans avant le centre commercial. Et c’est la création de ce centre commercial qui est venue créer des dysfonctionnements dans l’usage des espaces publics. Et maintenant avec ce projet, vous êtes en train, devant cette situation dégradée, de l’aggraver encore plus ! Je souhaite donc que vous réfléchissiez à cette question, que vous nous la présentiez dans une instance de concertation digne de ce nom, avec l’ensemble des élus responsables, afin que chacun comprenne bien que c’est quelque chose de difficilement acceptable que vous êtes en train de mettre en œuvre.

Mais je crains que pour écouter sérieusement vous ayez d’abord besoin, dans cette affaire comme malheureusement dans d’autres à Belsunce, de démonstrations judiciaires. Ce n’est pas la démarche dans laquelle nous nous inscrivons mais votre refus de respecter les réserves faites par le commissaire enquêteur y conduit naturellement celles et ceux que vous refusez d’écouter. C’est pour cela que nous continuerons à manifester notre opposition à ce projet.

Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues, de votre attention.

   
Philippe San Marco (12/2010) :
La télésurveillance pour les couloirs de bus
Conseil des 1er et 7e arrondissements de Marseille (20/10/2010) :
Débat sur le centre-ville, intervention de Philippe Sanmarco
Conseil d’administration de Marseille Aménagement du 28 mai 2009, intervention de Philippe Sanmarco.
« N’étant pas schizophrène je ne présiderai pas une société qui ne traduit pas les engagements que j’ai pris devant les électeurs »
MPM - Conseil de communauté du 26/03/2009
Intervention de Renaud Muselier
Marseille Provence Métropole - Conseil de communauté du 19/02/2009
Renaud Muselier :
Les faux procès, les faux-semblants, les vrais enjeux.
CM de Marseille du 01/10/2007 - Philippe Sanmarco
Éradication de l'habitat indigne : faisons d'abord un diagnostic social.
Tracé du tramway : halte à la démagogie !
CM de Marseille du 13/06/2007 - Philippe Sanmarco
Vidéo-surveillance : à quand le bilan ?
« On continue parce que l'on a commencé et que ce que l'on a commencé ne sera efficace que si on continue. »
Plan climat : plus qu’une déclaration d'intention !
CM de Marseille du 05/02/2007 - Tahar Rahmani  : A propos du projet Plan Climat Municipal.
A LIRE OU A ECOUTER
Informations au CM de Marseille (13/11/2006).
Rapport d’observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes de Provence-Alpes-Côte d’Azur sur la gestion de la Commune de Marseille de la Régie – Années 1997 à 2005 :
L'augmentation de la dette est la conséquence d'une progression non maîtrisée des dépenses de fonctionnement et singulièrement, des dépenses de personnel.
Conseil d'arrondissements de Marseille du 9/11/2006 -  Claude Grillet
• Création de la ZAC Flammarion.
• Modifications PLU.
Conseil 1er arrondissements de Marseille du15 juin 2006, Claude Grillet :Zac Bourse
Conseil de la CUMPM du 13/02/2006 , Philippe Sanmarco : La RTM, otage du chaos automobile
Nouveaux messages sur le blog Martigues Citoyenne : Conseil municipal de Martigues du 28 février 2006.
Conseil du 1er arrondissements de Marseille du 29/09/2005, Claude Grillet : Un acharnement contre les Flots Bleus (suite).
CM de Simiane :
23/06/2005
CM de Simiane :
du 17 janvier 2005.
Conseil de la CUMPM du 17/12/2004 :
Sortir la Communauté urbaine de l’impasse.
CM de Simiane
du 25/07/2004.
Communauté urbaine Marseille Provence Métropole, Commission permanente de travail et d'études, aménagement de l’espace communautaire urbanisme, séance du 16/06/2004
DTA, la priorité n’est pas le tramway marseillo-marseillais, mais un vrai réseau métropolitain.
Conseil des 15e & 16e arrondissements du 11/12/2003, Roger Ruzé :
Combat pour le logement, pour la ville, pour la vie.
Conseil de secteur de 03/2003
Val Emeraude
CM de Marseille de 03/2003
Transport
CM de Marseille de 01/2003
Découpage du 13
CM de Marseille de 11/2002
Sécurité
CM de Marseille
de 10/2002 
La Convention citoyenne
Plateforme
Conseil d'administration
Statuts

Actions citoyennes

Débats citoyens
Liens citoyens
Revue de presse
Emissions radio

Contact

Mentions légales
S'inscrire à la gazette web
Archives jusqu'à 12/2010
La vie de la Convention
Elections municipales 2008
Elections régionales 2004
Elections européennes 2004
Elections législatives 2002
Agir pour Marseille
Débats en cours
Initiatives citoyennes
Développement territorial
Revue de presse
Débat sur la constitution européenne 2005