Convention citoyenne
Inscription à la newsletter Convention citoyenne
Philippe San Marco sur
LES ARCHIVES JUSQU'A DECEMBRE 2010
Archives "agir pour Marseille"
Partager
   

11/2010 - Par Tahar Rahmani, conseiller Communautaire de MPM
Conseiller d’arrondissements des 13e et 14e, vice-président de Convention Citoyenne, ancien président de section au Conseil national des villes

Violences de bandes et cohésion sociale

Les règlements de comptes entre bandes violentes qui secouent Marseille depuis deux ans maintenant, avec plus ou moins d’intensité et une vingtaine de morts, ne sont malheureusement pas dus au hasard ou à une irruption spontanée.
Le drame que connaît une nouvelle fois notre Ville et qui a failli détruire, de manière gratuite et criminelle la vie d’un enfant doit nous faire prendre conscience une fois pour toutes que la responsabilité de tous les décideurs politiques locaux et nationaux est engagée afin de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour enrayer ce fléau.

L’État en réagissant rapidement par la venue de 150 CRS et 5 experts de la criminalité urbaine apporte une réponse, malheureusement provisoire, et qui ne semble pas émouvoir les habitants concernés qui attendent d’autres mesures.
Pour surenchérir, certains avancent aujourd’hui l’idée d’envoyer sur ce secteur, les 13e et 14e arrondissements, des militaires. Ainsi la boucle serait bouclée car cette zone, notre zone deviendrait enfin « Zone sécurisée »
Cette brillante proposition nous rappelle Bagdad ou certaines zones Afghanes.

Depuis trente ans, tous Gouvernements confondus, on constate le poids et la place centrale des Élus locaux, ceux vers qui on se tourne pour apporter des solutions. Eux-mêmes se tournant vers les associations de proximité dont beaucoup sont particulièrement démunies sur le plan humain et financier.
Chaque jour, elles tentent de colmater les brèches, de réduire le fossé grandissant entre le discours « ferme et généreux » de la République et la réalité du terrain vécue par les populations en souffrance et en relégation sociale, économique et culturelle.

Nous ne disons pas que les collectivités locales et notamment la Municipalité, ne font rien ou pas grand-chose.
Nous savons les moyens mis par l’ANRU pour réhabiliter certaines cités
Nous savons les efforts qu’elle déploie sur la prévention alors que cette compétence relève surtout du Conseil Général et d’autres collectivités.
Mais cela reste très insuffisant. Le compte n’y est pas !

Et on ne peut pas attendre, on ne doit pas attendre que le couvercle de la marmite saute violemment et gravement pour ensuite réagir à chaud à ces événements, aujourd’hui prévisibles.
Marseille redevient du coup le Marseille maudit des années quatre-vingt
L’initiative politique est en panne sèche et reste impuissante devant l’ampleur de cette crise qui nous renvoie 20 ans en arrière.

  • Combien de colloques sur les « quartiers « faut-il encore organiser ?
  • Combien de rapports pour le Ministère de la Ville ?
  • Combien de visites ministérielles dans les cités ?
  • Combien de missions faudra-t-il pour faire entendre raison aux responsables politiques de l’urgence absolue de mobiliser maintenant et massivement les moyens humains, techniques et financiers nécessaires pour « changer la vie » dans ces cités ?

Ou sont donc les équipements sociaux et éducatifs promis ?
Ou sont les nombreuses maisons de l’Emploi promises par Borloo, alors Ministre de la Ville ? Ou sont les moyens lourds attendus par les parents et les équipes éducatives dans les établissements en perdition où l’on sabre aujourd’hui des dizaines de surveillants scolaires ?
Ou sont les subventions promises aux associations qui s’étiolent et licencient, faute de moyens financiers ?

Mettre fin aux désordres, aux violences et rétablir la tranquillité publique, c’est une priorité concomitante à la mise en œuvre des moyens en faveur de nos concitoyens qui vivent la détresse sociale et économique dans ces quartiers.

Ensemble voyons ce qui ne va plus, ce qui doit être renforcé, ce qui doit être mis en œuvre dans les meilleurs délais.
Nul doute que les moyens financiers devront être démultipliés et tous les acteurs financiers devront en faire une priorité, mais l’enjeu n’en vaut-il pas la peine ?
Nous verrons ainsi qui va de l’avant et qui freine. Qui reste dans l’incantation et les promesses et qui œuvre pour réussir "le vivre ensemble et en sécurité ».

La cohésion sociale et citoyenne ne vaut que par le prix qu’on lui accorde plus ou moins généreusement.


C’est en allant au-devant des situations de crise et non en les subissant qu’ensemble nous retrouverons la crédibilité de nos responsabilités collectives pour le bien être des plus faibles d’entre nous.

Haut de page
   
Philippe San Marco (12/2010) :
La télésurveillance pour les couloirs de bus
Conseil des 1er et 7e arrondissements de Marseille (20/10/2010) :
Débat sur le centre-ville, intervention de Philippe Sanmarco
Conseil d’administration de Marseille Aménagement du 28 mai 2009, intervention de Philippe Sanmarco.
« N’étant pas schizophrène je ne présiderai pas une société qui ne traduit pas les engagements que j’ai pris devant les électeurs »
MPM - Conseil de communauté du 26/03/2009
Intervention de Renaud Muselier
Marseille Provence Métropole - Conseil de communauté du 19/02/2009
Renaud Muselier :
Les faux procès, les faux-semblants, les vrais enjeux.
CM de Marseille du 01/10/2007 - Philippe Sanmarco
Éradication de l'habitat indigne : faisons d'abord un diagnostic social.
Tracé du tramway : halte à la démagogie !
CM de Marseille du 13/06/2007 - Philippe Sanmarco
Vidéo-surveillance : à quand le bilan ?
« On continue parce que l'on a commencé et que ce que l'on a commencé ne sera efficace que si on continue. »
Plan climat : plus qu’une déclaration d'intention !
CM de Marseille du 05/02/2007 - Tahar Rahmani  : A propos du projet Plan Climat Municipal.
A LIRE OU A ECOUTER
Informations au CM de Marseille (13/11/2006).
Rapport d’observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes de Provence-Alpes-Côte d’Azur sur la gestion de la Commune de Marseille de la Régie – Années 1997 à 2005 :
L'augmentation de la dette est la conséquence d'une progression non maîtrisée des dépenses de fonctionnement et singulièrement, des dépenses de personnel.
Conseil d'arrondissements de Marseille du 9/11/2006 -  Claude Grillet
• Création de la ZAC Flammarion.
• Modifications PLU.
Conseil 1er arrondissements de Marseille du15 juin 2006, Claude Grillet :Zac Bourse
Conseil de la CUMPM du 13/02/2006 , Philippe Sanmarco : La RTM, otage du chaos automobile
Nouveaux messages sur le blog Martigues Citoyenne : Conseil municipal de Martigues du 28 février 2006.
Conseil du 1er arrondissements de Marseille du 29/09/2005, Claude Grillet : Un acharnement contre les Flots Bleus (suite).
CM de Simiane :
23/06/2005
CM de Simiane :
du 17 janvier 2005.
Conseil de la CUMPM du 17/12/2004 :
Sortir la Communauté urbaine de l’impasse.
CM de Simiane
du 25/07/2004.
Communauté urbaine Marseille Provence Métropole, Commission permanente de travail et d'études, aménagement de l’espace communautaire urbanisme, séance du 16/06/2004
DTA, la priorité n’est pas le tramway marseillo-marseillais, mais un vrai réseau métropolitain.
Conseil des 15e & 16e arrondissements du 11/12/2003, Roger Ruzé :
Combat pour le logement, pour la ville, pour la vie.
Conseil de secteur de 03/2003
Val Emeraude
CM de Marseille de 03/2003
Transport
CM de Marseille de 01/2003
Découpage du 13
CM de Marseille de 11/2002
Sécurité
CM de Marseille
de 10/2002 
La Convention citoyenne
Plateforme
Conseil d'administration
Statuts

Actions citoyennes

Débats citoyens
Liens citoyens
Revue de presse
Emissions radio

Contact

Mentions légales
S'inscrire à la gazette web
Archives jusqu'à 12/2010
La vie de la Convention
Elections municipales 2008
Elections régionales 2004
Elections européennes 2004
Elections législatives 2002
Agir pour Marseille
Débats en cours
Initiatives citoyennes
Développement territorial
Revue de presse
Débat sur la constitution européenne 2005