Convention citoyenne
Inscription à la newsletter Convention citoyenne
Philippe San Marco sur
LES ARCHIVES JUSQU'A DECEMBRE 2010
Archives "vie de la Convention"
Partager
   

Assemblée générale 23 septembre 2002
Synthèse du séminaire du 31 août 2002

I - les constats communs

- 1 La mondialisation n'est plus seulement un sujet de débats, mais interfère aujourd'hui au cœur des pratiques de notre vie quotidienne et de l'avenir de nos sociétés. Que ce soit l'environnement, l'économie, les migrations ou bien encore la sécurité, chacune de ces préoccupations ne peut trouver de perspectives crédibles qu'à l'échelon mondial. Ceci relativise d'autant le rôle des institutions nationales régionales, locales… Mais chaque citoyen peut et doit être directement concerné et acteur de chacun de ces aspects de notre avenir.

- 2 La perte de crédibilité des responsables politiques et de "la politique" s'est généralisée. Elle a été aggravée en France par les conditions inattendues du renouvellement politique du printemps dernier mais c'est aussi le cas dans d'autres pays et en particulier aux Etats-unis. Il semble que l'essentiel de l'action politique aujourd'hui se résume à une communication efficace. C'est en réalité le fonctionnement même de la démocratie qui est en jeu.

- 3 La prééminence de l'individu, le poids de corporatismes et le repli sur les valeurs "domestiques" sont à la fois une cause et une conséquence de la crise du politique. Le militantisme traditionnel, fait d'engagements durables à un parti ou à une cause, n'est plus de mise et s'accompagne d'une réduction du sens civique et de l'intérêt général.

- 4 L'analyse du contexte socio-politique Marseillais n'échappe pas à ces diverses évolutions et l'on peut même dire que la ville et sa région sont en première ligne devant ces dérives et ces incertitudes et qu'elles reflètent de manière quasi caricaturale ces évolutions inquiétantes.

II - la responsabilité de la Convention Citoyenne

Si l'objectif statutaire est bien confirmé : présenter aux Marseillais en 2007 un projet et une équipe à même de développer une autre manière de concevoir et de faire de la politique.

Plusieurs conditions doivent être réunies :

Convaincre et se convaincre (y compris parmi les membres de la Convention) que "faire de la politique" cela peut être une mission respectable et digne d'intérêt mais risquée et difficile et qui nécessite compétence et rigueur.

Etre présent dés maintenant dans le débat politique et en particulier dans les échéances électorales prévues afin, d'une part, de tester et faire connaître nos projets et nos idées et d'autre part de se former aux débats électoraux et au contact avec les citoyens.

Nouer des contacts et parfois des alliances avec tous ceux qui poursuivent des objectifs proches ou similaires dans la Ville, la Région ou le Pays. La Convention citoyenne ne peut prétendre représenter à elle seule l'avenir de cette communauté urbaine et encore moins la gérer seule.

Préciser, formuler et diffuser à travers un projet municipal, le sens de notre démarche dont la particularité pourrait se résumer ainsi :

Mettre en valeur l'intérêt collectif et la construction de l'avenir qui priment sur les résultats immédiats et les satisfactions individuelles.

Retrouver le sens de la rigueur et de la probité morale.

Garantir la transparence des débats et des décisions et
renouveler les modalités du débat collectif.

Développer un mode de gestion efficace qui admette le droit à l'expérimentation, à l'erreur et s'appuie sur une évaluation permanente et publique.

Cette présentation faite par Alain Fourest a été adoptée à l'unanimité.

La Convention citoyenne
Plateforme
Conseil d'administration
Statuts

Actions citoyennes

Débats citoyens
Liens citoyens
Revue de presse
Emissions radio

Contact

Mentions légales
S'inscrire à la gazette web
Archives jusqu'à 12/2010
La vie de la Convention
Elections municipales 2008
Elections régionales 2004
Elections européennes 2004
Elections législatives 2002
Agir pour Marseille
Débats en cours
Initiatives citoyennes
Développement territorial
Revue de presse
Débat sur la constitution européenne 2005