Convention citoyenne
Inscription à la newsletter Convention citoyenne
Philippe San Marco sur
LES ARCHIVES JUSQU'A DECEMBRE 2010
Archives "vie de la Convention"
Partager
   

Editorial - juin 2009
Philippe Sanmarco, une attitude responsable et citoyenne : « L’important est d’être utile à la réalisation de nos idées »

Depuis des années, et encore à l’occasion du récent scrutin européen, la ligne de conduite de nombreux citoyens est la recherche du parler vrai.
Annoncer ce qu’on veut faire et s’y tenir. Pratiquer, quand on y est contraint, une opposition constructive. Sans s’enfermer dans des oppositions stériles qui ne sont justifiées que par les éternels affrontements dans lesquels excellent certains, au détriment d’une attitude responsable et citoyenne.
Au-delà des étiquettes reléguées au second plan, c’est désormais le contenu qui est la principale source de clivage et de choix. On comprend que cela dérange mais nous nous en réjouissons, car cela fait 8 années que nous ne cessons de le dire.
Ainsi lors des dernières élections municipales à Marseille, la Convention Citoyenne a témoigné de sa volonté de traduire cette exigence en actes. C’était difficile et il a fallu du courage pour résister à l’incompréhension, voire aux invectives. Mais l’important était d’être utile à la réalisation de nos idées plutôt que d’être « fidèles » à des formations discréditées.
Depuis lors, nous avons été confrontés à deux événements imprévus. À chaque fois notre réaction a témoigné de notre volonté de privilégier les contenus et de notre refus de nous laisser enfermer dans des étiquettes qui imposeraient le silence.
Tout d’abord, et dans les circonstances que l’on sait, la communauté urbaine Marseille Provence Métropole a été le lieu d’élaboration d’un accord de « gouvernance partagée » qui rassemble l’ensemble des formations et tous les élus communautaires. Si cela permet d’avancer concrètement et dans la transparence, nous nous en réjouirons et nous y prendrons notre part pleine et entière. Si cela ne sert qu’à masquer de petits arrangements de circonstance, nous le dénoncerons. Il est trop tôt pour savoir quelle sera l’évolution de cette institution et nous nous refusons aux procès d’intention. Bien au contraire. Nous devons tout faire pour que ce mandat soit utile et productif. C’est donc sur la base de contenus dans lesquels nous pouvons nous reconnaître que nous avons été amenés à soutenir certaines décisions et à en dénoncer d’autres.
Nous avons par ailleurs été confrontés à l’impossibilité de changer les orientations de Marseille Aménagement, société d’économie mixte d’aménagement dont le rôle est essentiel dans le développement et l’urbanisme de la cité, singulièrement dans le centre-ville.
Pour les mêmes raisons, nous n’avons pas voulu cautionner ce qui est un grave manquement aux engagements pris devant les électeurs.
Appartenir à une majorité nous donne le droit d’être écoutés avec attention et d’abord par celle-ci.
Concernant la Convention Citoyenne, personne ne doit nourrir l’illusion d’une « ouverture » qui ne serait qu’un ticket sans retour et qui n’aurait servi qu’à absorber des transfuges réduits ensuite au silence. Nous ne ferons de procès d’intention à personne mais nous resterons exigeants et fidèles à nos engagements.
Nous allons donc continuer à faire entendre notre identité. Ainsi dès le mois de septembre nous procéderons publiquement à un premier bilan de mandat, municipal et communautaire. Nous y associerons celles et ceux qui le souhaiteront pour faire vivre la politique et non pas vivre de la politique.

 

La Convention citoyenne
Plateforme
Conseil d'administration
Statuts

Actions citoyennes

Débats citoyens
Liens citoyens
Revue de presse
Emissions radio

Contact

Mentions légales
S'inscrire à la gazette web
Archives jusqu'à 12/2010
La vie de la Convention
Elections municipales 2008
Elections régionales 2004
Elections européennes 2004
Elections législatives 2002
Agir pour Marseille
Débats en cours
Initiatives citoyennes
Développement territorial
Revue de presse
Débat sur la constitution européenne 2005