Convention citoyenne
Philippe San Marco sur
Actions citoyennes



15/12/2011- Philippe San Marco

"Pourquoi je ne voterai pas le Scot : une occasion ratée pour la métropole"



Les déplacements des métropolitains dessinent le territoire et se moquent des frontières des agglomérations buccorhodaniennes
Source Agam



Clic sur les images pour agrandir

Depuis des mois est engagée la procédure visant à l'élaboration du schéma de cohérence et d'orientation territoriale de notre métropole*.
Un document final sera adopté le 9 décembre dans un consensus apparent auquel je ne m'associerai pas pour plusieurs raisons essentielles.


1/D'emblée ce document s'est soumis à la norme nationale qui gomme l'originalité de la situation de l'aire métropolitaine marseillaise. Or il est impossible dans une réflexion de ce type de ne pas poser la question du périmètre pertinent. Renvoyer ces débats au dialogue inter-Scot, c'est encore une fois tenter de rentrer dans un moule qui nous étouffe, qui ne nous permet pas de respirer pleinement. Bien au contraire MPM est parfaitement en droit d'affirmer des ambitions métropolitaines, même si nous savons bien qu'en dehors du territoire étroit et inapproprié de son périmètre institutionnel, celles-ci ne valent pas décisions mais seulement propositions à débattre ensuite avec d'autres. Car bien sûr il faudra ensuite tenter de convaincre les structures voisines, mais il faut le faire sur des contenus préalablement affichés, sans attendre le résultat de petits compromis à partir de rien.

2/Au-delà de la question du périmètre, il est également inconcevable de ne pas aborder celle de la singularité de cette métropole, celle de l'exception marseillaise : le centre plus pauvre que la périphérie, la pauvreté, la faiblesse fiscale, le bas taux d'emploi, le faible niveau moyen de formation, etc. Or le système administratif dans lequel s'insère l'exercice du Scot ne prend absolument pas en compte cette dimension première et essentielle. La niant, il l'aggrave. Bien sûr que nous sommes contraints par les données d'un exercice national. Mais, raison de plus pour dire fortement que nous vivons une situation singulière qui appelle compréhension et réaction spécifiques. Si nous ne le faisons pas, si nous rentrons dans le processus "comme tout le monde" ou "comme si de rien n'était", alors nous cautionnons le système institutionnel présent dont il faut avoir conscience qu'il pénalise structurellement et fortement la métropole.

3/D'autant plus que le caractère inapproprié de ces procédures de planification urbaines rend celles-ci largement désuètes. Elles correspondent en effet à un autre temps, plus heureux, celui de la croissance forte et celui d'un état central régulateur ayant les moyens de ses ambitions. Nous n'en sommes plus là. Encore une fois, ne pas au moins le dire, c'est rentrer dans un processus trompeur, dont il ne sortira rien d'autre que des incantations, "déclinées" comme on dit du national au local, certains usant d'ailleurs de ce fait du "copié-collé" qui fait étrangement ressembler au-delà de leur surface le contenu des documents adoptés à Lille, Strasbourg, Bordeaux ou... Marseille.

4/Ensuite, et c'est bien sûr la conséquence des remarques précédentes, je regrette la tonalité légèrement euphorique et euphorisante du contenu même du document proposé. Faute de dire notre inquiétude et nos difficultés spécifiques pour ensuite bâtir et justifier une stratégie offensive adaptée, on en arrive inévitablement à une sorte de brochure de propagande, du genre de celle dont disposent à juste titre les agences de commercialisation de la France à l'étranger.

5/Enfin, on ne peut que déplorer, au-delà de propos lénifiants et "politiquement corrects", l'absence de réflexion stratégique sur les enjeux géopolitiques au sein desquelles nous devons nous situer.

  • Par exemple, affirmer la vocation mondiale du port de Marseille est un non-sens, une sorte de gargarisme pour se rassurer. Il faut d'abord se poser les bonnes questions. Qu'est-ce qu'un port aujourd'hui ? La réponse n'est pas une évidence puisque ça n'a rien à voir avec le passé, même récent. Qu'est ce qu'un port dans la Méditerranée ? Cette question apparemment simple accentue encore plus l'exigence de la réflexion. Quels sont les grands flux maritimes contemporains ? Quelles infrastructures imposent-ils ? Et où ? Bref, il ne suffit pas de se proclamer pour être. Surtout quand les décisions se prennent toutes par d'autres, et presque toutes ailleurs qu'en France et même qu'en Europe.
  • On peut développer cette remarque à partir des grandes infrastructures ferroviaires européennes. Par exemple : quelles seront les conséquences de la ligne à grande vitesse Barcelone/Lyon/Turin/Milan ? Ne pas aborder cette question, la nier, c'est se faire plaisir et ne pas s'y préparer.
  • Il en va de même des processus de structurations internes à l'aire métropolitaine marseillaise (la vraie, celle de l'Insee) et d'abord en matière de transports en commun en site propre. Ne pas en parler c'est cautionner l'existant et donc l'aggraver.
  • Enfin sur le thème du logement, partie importante du Scot, j'ai développé des critiques et des propositions que l'on retrouve de manière circonstanciée dans le lien suivant :
    http://www.conventioncitoyenne.com/debat159.htm

J'avais exprimé ces remarques il y a deux ans. Il était alors possible d'en tenir compte. Je comprends qu'aujourd'hui ce soit plus difficile, voire impossible. Mais je ne suis pas responsable de ce fait. Et je ne vais pas changer d'avis sous prétexte qu'on n'aurait pas tenu compte du mien quand il était temps de le faire.

Lors de la toute dernière réunion du comité de gouvernance du Scot le 14 octobre dernier, et après que j'ai renouvelé mes propos, le Président Caselli a expressément demandé qu'un petit groupe de travail soit convoqué afin, sinon d'intégrer mes remarques, au moins de reprendre l'esprit d'une partie d'entre elles dans un texte qui servirait de préambule. Cette sage décision du Président n'a pas été suivie d'effet, ce qui ne peut manquer d'être interprété comme une ultime volonté de verrouillage.

Un document très technocratique et "hors sol" va donc être adopté dans une unanimité d'autant plus grande qu'elle ne s'appuie sur rien d'autre que de vagues intentions lénifiantes. Tel un élève zélé rend sa copie à un examinateur, les services de MPM rendent leur copie à l'état. Mais d'un grand dessein capable de nous rassembler pour affronter des difficultés singulières, il n'en sera pas fait état.
Confortant le statu quo, nous l'aggravons. Pour avoir fait croire qu'une communauté urbaine allait régler tous nos problèmes, nous avons régressé dans la gestion des affaires quotidiennes sans nous donner aucun outil à la hauteur des enjeux. Pire, nous avons régressé par rapport au temps où le Maire de Marseille par exemple et entre autres, présidait l'établissement public des rives de l'étang de Berre (Epareb), ou encore rassemblait l'ensemble des opérateurs de transports au sein d'un office de coordination des transports, de la circulation et du stationnement (Ocotram).

Avec ce Scot une belle occasion a ainsi une nouvelle fois été ratée. Il nous faudra donc en créer d'autres.


* Le SCOT : En France le schéma de cohérence territoriale ou SCOT est un document d'urbanisme qui détermine, à l'échelle de plusieurs communes ou groupements de communes, un projet de territoire qui vise à mettre en cohérence l'ensemble des politiques sectorielles notamment en matière d'urbanisme, d'habitat, de déplacements et d'équipements commerciaux, dans un environnement préservé et valorisé. Il a été instauré par la loi SRU du 13 décembre 2000 1. Le code de l'urbanisme fixe le régime des SCOT aux articles L.121-1 et suivants.
La loi portant engagement national pour l'environnement dite Grenelle II 2 du 12 juillet 2010 renforce les objectifs des SCOT (ainsi que des Plan local d'urbanisme (PLU) et cartes communales) : ces plans, cartes et schémas doivent ainsi contribuer à réduire la consommation d'espace (lutter contre la périurbanisation), préserver les espaces affectés aux activités agricoles ou forestières, à équilibrer la répartition territoriale des commerces et services, améliorer les performances énergétiques, diminuer (et non plus seulement maîtriser) les obligations de déplacement, réduire les émissions de gaz à effet de serre et renforcer la préservation de la biodiversité et des écosystèmes, notamment via la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques.


Le SCOT sur le site officiel de MPM
 
• Une réponse républicaine - 08/12/2015 : Le nouveau contrat de ville 2015-2020 Marseille Provence
• Métropole Aix Marseille Provence - 08/06/2015 : Le Livre blanc des mobilités
• Une réflexion, des propositions - 27/02/2015 : L’esprit du 11 janvier a vécu : il est temps de tout remettre à plat
• Presse: Fin du pluralisme en Provence - 26/02/2015 : Une bonne nouvelle: La Marseillaise reprise et rénovée?
• Conférence de Philippe San Marco (vidéo) - 29/05/2014 : Stratégie urbaine et géopolitique
• Communiqué - 26/03/2014 : Pape Diouf et le second tour
• Avec Pape Diouf ce dimanche - 18/03/2014 : André JOLLIVET: le vent se lève sur cette ville que j’affectionne.
• - 17/03/2014 : Le clip Happy Diouf!
• De l'air... - 17/03/2014 : Philippe San Marco aux côtés de Pape Diouf
• Pape Diouf - Municipales 2014 - 11/03/2014 : Vidéo : rencontre sur l'habitat et l'urbanisme à Marseille
• Changer la donne - 11/03/2014 : Les 302 candidats avec Pape Diouf
• Avec Pape Diouf dimanche 23 mars - 10/03/2014 : Tahar Rahmani: Pour faire faire entendre la voix de nos quartiers
• Municipales 2014 - 28/02/2014 : Le credo de Pape Diouf
• Avec Pape Diouf - 28/02/2014 : Le Contrat citoyen pour Marseille
• Municipales Marseille - 28/02/2014 : DE L’INTERÊT DE LA CANDIDATURE DIOUF
• Le e book de Philippe San Marco - 27/01/2014 : L'armée dans les cités ou changer de politique
• Marseille Aménagement - 04/11/2013 : « Circulez, il n’y a rien à voir »
• Élections municipales à Marseille - 29/08/2013 : Pour une élaboration citoyenne d'un projet pour notre ville et sa métropole
• Mise sous tutelle de la fédération PS 13 - 20/03/2013 : La Convention citoyenne propose un partenariat de "Salut public"
• Parlons de civisme... - 30/08/2012 : L’Armée dans les cités ou la remontée du refoulé colonial
• Adresse au Président de la République - 30/08/2012 : Moi Président....j’appelle et je prépare ...le sursaut civique !
• Après la Charte des ministres - 18/05/2012 : La charte de l'élu local: une proposition du Forum civique datant de 1998
• Appel aux élus de Marseille et de PACA - 12/04/2012 : Liaisons maritimes entre la France et le Maroc : l’urgence d’une solution.
• Clientélisme et politique en Paca - 14/02/2012 : Le clientélisme, comment ça marche ?
• Projet soumis au conseil municipal de Marseille - 12/12/2011 : Renouvellement de la délégation de service public des aires d'accueil pour gens du voyage
• Mouvement de refondation démocratique et de restauration de la probité publique - 06/12/2011 : Marseille : Pour un sursaut républicain
• Philippe San Marco - 26/10/2011 : Tourner la page du système Guérini
• Conseil de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole - Développement des transports en commun en site propre - 21/10/2011 : Un toboggan de procédures administratives, des décisions sans cohérence pour faire face au tsunami quotidien des automobiles venant de la périphérie
• Présentation du projet Anru aux habitant - 04/10/2011 : Projet de rénovation urbaine la Soude-les Hauts de Mazargue
• Schéma de Cohérence Territoriale - 01/10/2011 : Document d'orientations générales (DOG) du SCOT de MPM
• Défendre et adapter les services publics pour garantir la qualité et l'équité du service au public - 10/09/2011 : Contribution de la Convention citoyenne aux réflexions de l'intersyndicale de MPM : le cas du service de la propreté à Marseille
• Philippe San Marco - 08/09/2011 : "Association de malfaiteurs"
• Philippe San Marco - 01/09/2011 : "Association de malfaiteurs" : Explication de texte
• 5 questions à Philippe San Marco - 01/07/2011 : Réforme des collectivités territoriales
• 3 questions à Philippe San Marco - 08/05/2011 : 25e anniversaire de la disparition de Gaston Defferre
• Philippe San Marco - 15/03/2011 : "Encore un effort, et le PS marseillais sera républicain"
• Philippe San Marco - 09/02/2011 : Vieux Port : un glacis peut en cacher un autre…
• Conseil d'arrondissement du premier secteur de Marseille - Philipe San Marco - 03/02/2011 : La halle Puget : une honte au cœur de Marseille et logements sociaux dans le centre-ville
La Convention citoyenne
Plateforme
Conseil d'administration
Statuts

Actions citoyennes

Débats citoyens
Liens citoyens
Revue de presse
Emissions radio

Mentions légales
Archives jusqu'à 12/2010
La vie de la Convention
Elections municipales 2008
Elections régionales 2004
Elections européennes 2004
Elections législatives 2002
Agir pour Marseille
Débats en cours
Initiatives citoyennes
Développement territorial
Revue de presse
Débat sur la constitution européenne 2005